SOPHIE, LA CHANCE pour NANTES

SOPHIE, LA CHANCE pour NANTES
Osez la Révolution Citoyenne!

vendredi 9 juin 2017

 Législatives 2017 

Sébastien PILARD, jeune professionnel de l'entreprise en engagé en politique à la Région des Pays de la Loire au coté de Bruno RETAILLEAU, a été investi pour représenter la droite et le centre sur la 2de circonscription à Nantes. 
Il  m'a fait l'honneur de m'octroyer sa confiance en tant que suppléante.

Nos idées sont très proches, nos valeurs sont bien ancrées, nous sommes complémentaires pour proposer un renouveau à droite.

 Presse-Océan 23 mai 2017

Sébastien Pilard, candidat LR-UDI, a choisi Sophie Van Goethem comme suppléante sur la 2ème circonscription de Loire-Atlantique.

Professeur à l’université de Nantes, Sophie Van Goethem a notamment été conseillère municipale d’opposition à la ville de Nantes ainsi que candidate aux municipales de 2014. Sébastien Pilard et Sophie Van Goethem réalisent donc une union large de la droite et du centre sur la 2ème circonscription de Loire-Atlantique. Pour le candidat, tous les deux partagent "des valeurs proches, tout en ayant des profils complémentaires."
Pour lui, "cette union est une première étape nécessaire pour permettre l’alternance à Nantes et donner une majorité de la droite et du centre à Emmanuel Macron et à la France."
De son côté, Sophie Van Goethem, cette union n'est que logique. "Il vient de la société civile et de l’entreprise. Nous partageons les mêmes valeurs. J’ai donc accepté tout naturellement d’être sa suppléante.". De plus, selon elle, il est évident que dans la deuxième circonscription, "c’est En Marche à gauche."


vendredi 21 avril 2017

Présidentielle : les programmes pour l'enseignement supérieur des candidats en "on"

http://www.groupejeanpierrevernant.info/#Programmes
 
Le groupe Jean-Pierre Vernant réunit 59 universitaires proches de la gauche de gouvernement, et exerçant les fonctions de Biatss, d'enseignant-chercheurs et de chercheurs dans des universités Parisiennes.

" Il faut se rendre à l’évidence: l’Université n’est même pas un problème. Ni les politiciens, ni les journalistes n’y ont leurs enfants : dans leur écrasante majorité, ils ne la connaissent pas et ne souhaitent pas la connaître. 2,5 millions de jeunes adultes dans le supérieur, dont 1,6 millions à l’Université, et pas la moindre question sur l’ensemble des entrevues accordées par les aspirants au trône républicain. Aussi,  ferons-nous preuve d’un soupçon de bienveillance pour les programmes électoraux qui témoignent d’une attention à l’Université et à la recherche."

Ce groupe a fait un travail de recherche sur les Programmes électoraux pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche des candidats en “on”. Des a priori très forts, bien entendu, mais de nombreuses sources très intéressantes pour ceux qui ont le courage de lire...

où on apprend de M. de RUGY , notre député "multicolore" ,  est pressenti comme Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.....en effet, j'ai admiré son positionnement à ce sujet ces dernières années....(je plaisante évidemment) 

 un exemple des éléments de ce blog: sur   MACRON: "Assistant éditorial (correcteur d’épreuves) de l’ouvrage La Mémoire, l'histoire, l'oubli (Seuil, 2000), il se présente encore comme assistant de Ricœur – qui a pris sa retraite universitaire en 1981 quand M. Macron avait 4 ans – ayant entretenu de longues conversations philosophiques d’égal à égal avec celui-ci [15]. Chacune de ses tirades “philosophiques” suffit à démontrer que son DEA n’a laissé que de vagues traces mal digérées [16]." 


[16] M. Macron, dans ses phases messianiques, s’est fait une spécialité d’énoncés du type : “J'ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s'ancrer dans de l'immanence complète, de la matérialité” http://www.lejdd.fr/Politique/Emmanuel-Macron-confidences-sacrees-846746
qui alternent avec une rhétorique “indie mystique” sur la transsubstantiation et la libération d’”énergies”.

jeudi 20 avril 2017

Présidentielle 2017 : je vote FILLON

Il y a cinq ans, la France décidait du « changement »  en élisant le Président Hollande et donnant le pouvoir absolu aux socialistes.
Ce quinquennat restera dans les mémoires. Nous n'avons jamais subi autant de décisions contradictoires, de modifications  législatives sur l'ensemble de nos textes. Cinq années d’attaques en tous genres, de baisse du pouvoir d’achat, de pression fiscale record. Les  classes moyennes  n’ont jamais été attaquées à ce point, la politique familiale de notre pays a volé en éclat, le chômage bat  des records (9,7 %), le pays n’a jamais été autant divisé.
Nous avons vécu au jour le jour en s’interrogeant sur les décisions malheureuses qui allaient être prises, basées sur l’idéologie de gauche ou sur un esprit revanchard hors propos.

Enfin, nous sommes en  Etat d’Urgence depuis novembre 2015. L’État n’a pas réussi à protéger les citoyens, le bilan de morts et blessés est terrifiant.
L’erreur de ce choix malheureux ne doit pas se reproduire.

Il faut s'opposer  aujourd’hui à des projets qui continuent à promettre la Lune à tous. Les mêmes qui nous promettaient le changement sont aujourd’hui ceux qui nous proposent une "chance" supplémentaire de tout changer. Les mêmes qui  ont soutenu le parti socialiste et appelé à voter socialiste en 2012 nous promettent, encore, de raser gratis demain. Ne nous laissons pas manipuler par les apparences !

En 2013, j’ai proposé une action politique à Nantes émanant de la société civile et  combattant les idées de la gauche. Sous le slogan « Libre, Droite, Indépendante », j’ai souhaité réveillé ceux qui ne croyaient plus en la Politique.

Aujourd’hui, je suis toujours Libre, Droite et Indépendante, malgré les difficultés subies par ma famille. Je constate qu’il nous faut un président fort, résistant, qui a la volonté d’avancer, avec une majorité stable.
Notre pays en a besoin, nous en avons besoin pour nous et nos familles.

Dans cette logique et en poursuivant cette démarche opposée aux idéologies de gauche, je prends personnellement mes responsabilités, je voterai donc François Fillon.